Petit guide du revenu passif

  • Rédigé par

Un revenu passif est de l'argent généré, même une fois le travail terminé. Découvrez les sources de revenu passif pour que l'argent travaille pour vous.

Partager

Qui n'a jamais rêvé de gagner de l'argent pendant son sommeil ? La formule, certes un peu caricaturale, décrit un sujet bien connu du monde de la finance personnelle : le revenu passif. Générer automatiquement de l'argent sans travailler : voilà un concept pour le moins attractif, mais qui n'est pas pour autant synonyme de miracle. L'argent ne tombe pas du ciel, ça se saurait… Comme toute technique d'optimisation de la trésorerie, la création de revenus passifs demande un investissement, des idées et un certain savoir-faire… au moins dans un premier temps. Mais commençons par les fondamentaux : 

Un revenu passif, qu'est-ce que c'est ? 

L'argent est dit « passif » lorsque les revenus d'une activité continuent de croître a posteriori. Autrement dit, il s'agit d'une activité qui continue de vous rapporter de l'argent une fois le travail terminé. Une véritable poule aux œufs d'or ? Pas tout à fait. Les revenus passifs sont généralement des revenus complémentaires qui viennent récompenser des efforts préliminaires et la somme des connaissances acquises dans un domaine particulier. Une fois le travail en amont effectué, vos efforts pourront commencer à porter leurs fruits, mais contrairement aux revenus actifs, ces bénéfices ne seront plus directement liés ni à votre présence physique sur un lieu de travail, ni à une productivité en continu. 

Par exemple, un photographe professionnel pourra tirer parti de sa formation, son expérience et sa maîtrise des outils technologiques pour proposer des cours en ligne de retouche numérique, des tutoriels sur une chaîne YouTube, un blog spécialisé ou encore un profil de vente de matériel photographique d'occasion. Toutes ces activités annexes demandent du temps et une certaine implication, mais à terme, elles exigeront moins d'efforts et constitueront un revenu passif automatique en exploitant un potentiel de ventes ou en attirant des annonceurs. 

Viser le long terme 

Vous l'avez compris, générer des revenus passifs ne signifie pas gagner de l'argent sans rien faire. L'idée est d'identifier les moyens de tirer davantage profit d'un bien, d'un talent particulier et/ou de compétences techniques pour les convertir en gains financiers sur le long terme, un peu sur le modèle d'une location immobilière qui rapporte de l'argent bien après l'investissement initial, sachant que a minima, un travail de suivi et de maintenance est toujours nécessaire pour assurer la pérennité des revenus. 

Dans ce domaine, la persévérance et l'ambition sont donc des qualités essentielles… Sans oublier la créativité, car les exemples d'activités permettant d'obtenir des revenus passifs sont innombrables et la concurrence est parfois rude. Mais beaucoup de témoignages en ligne sont la preuve qu'il est possible de tirer son épingle du jeu, avec à la clé des revenus importants, et parfois même suffisants pour pouvoir en vivre. 

Vos biens à l'ère du numérique : des sources de revenus passifs 

Les revenus passifs sont généralement associés à Internet. À partir des années 2010, des centaines de plateformes numériques proposant de nouvelles opportunités de marchandisation des biens ou des services ont fleuri sur le Web. Vous connaissez leur nom : Uber, Blablacar, Airbnb, Etsy… Tandis qu'une partie du grand public observait ce boom avec une certaine méfiance, certains utilisateurs ont vite compris les enjeux de cette nouvelle économie. 

L'immobilier et l'automobile : deux grands classiques revisités 

Même le secteur de l'immobilier, revenu passif classique et historique, a dû s'adapter aux exigences du numérique pour rester à la page et offrir de nouvelles niches de marché. Si la location saisonnière d'un bien immobilier était autrefois une alternative laborieuse en partie fondée sur le bouche-à-oreille, elle est désormais plus facile à promouvoir sur les nouvelles plateformes collaboratives. La pratique s'est ainsi démocratisée, permettant à des utilisateurs de louer une pièce d'un appartement ou d'une maison à des tiers sans être nécessairement propriétaires et sans posséder de compétences techniques très poussées (même si la maîtrise de l'anglais ou d'une autre langue étrangère, une bonne communication et un certain sens de la décoration d'intérieur sont définitivement des atouts). 

Location, partage, publicité 

Sur un modèle comparable, il est également possible de générer de l'argent passif grâce à sa voiture. Comme un bien immobilier, vous pouvez la louer en fonction de vos disponibilités sur un site spécialisé qui vous offrira des garanties via un système d'assurance ou de caution. Cette pratique se développe, mais compte toujours de nombreux réfractaires. Pour ceux et celles qui n'imaginent pas laisser les clés de leur voiture à des tiers, il existe d'autres sources de revenus passifs comme le covoiturage et la publicité. 

La première solution, bien connue, consiste à proposer un trajet en voiture moyennant paiement : il suffit au conducteur ou à la conductrice de publier un itinéraire susceptible d'intéresser des passagers recherchant un moyen de transport souvent plus économique que le train, le taxi ou le bus. 

La seconde option, plus confidentielle, transforme la carrosserie de votre automobile en support publicitaire en l'échange d'une commission versée mensuellement. Là encore, nul besoin d'aller démarcher les entreprises au porte-à-porte, des plateformes se chargent de mettre en relation les annonceurs et les automobilistes. Cette technique de revenu passif automatique est réservée à un public urbain réalisant des trajets récurrents dans des zones bien définies, de façon à ce que les marques puissent réaliser une campagne ciblée. Reste à accepter de sacrifier l'esthétique de votre voiture et de véhiculer l'image d'une ou plusieurs marques partout où vous allez. 

Muse business : un concept clé 

Vous entendrez peut-être les adeptes du revenu passif évoquer leur muse. Mais à quoi ce terme fait-il référence ? La réponse ne se trouve pas dans la mythologie grecque, mais dans le best-seller "La Semaine de 4 heures" publié par l'entrepreneur américain Timothy Ferriss vers la fin des années 2000. C'est le nom qu'il donne à ces micro-entreprises liées à Internet visant une profitabilité optimale en un minimum de temps de travail. Derrière ce concept, l'auteur développe une nouvelle façon d'envisager le monde professionnel considérant qu'il est préférable de multiplier les sources de revenus passifs plutôt que de dépendre d'une seule activité, dans le but d'atteindre plus d'autonomie économique et temporelle. Dans les années qui ont suivi la publication de ce livre, de nombreux exemples de muses sont venus illustrer la thèse de Ferriss et prouver aux plus sceptiques que l'argent passif peut devenir une réalité. 

L'exemples de l'e-commerce 

Si la crise du Covid-19 a fragilisé de nombreuses entreprises, elle a confirmé d'autre part l'importance du secteur du commerce en ligne dont les chiffres sont en constante hausse (les ventes en ligne de biens de consommation ont grimpé de 30 % entre 2019 et 2021). La tendance était déjà favorable avant le début des années 2020 mais les politiques de restriction qui ont touché le monde entier ont accéléré le changement des comportements d'achat incitant les consommateurs à commander en ligne des produits qu'ils avaient plutôt l'habitude d'acheter en magasin (meubles, décoration, alimentation, produits de beauté, etc.). Cet essor de l'e-commerce peut être un excellent levier pour lancer votre propre activité et générer à terme des revenus passifs. Il est aujourd'hui devenu très simple de créer une boutique en ligne ou de rejoindre une plateforme existante pour vendre tout type de produits : des articles d'occasion, des créations artisanales ou encore des designs à imprimer sur des vêtements, des sacs ou des coques de téléphone. 

Le dropshipping 

Si l'idée d'un commerce en ligne vous tente, mais l'aspect logistique vous fait peur, c'est que vous n'avez peut-être jamais entendu parler de « dropshipping ». Ce système de vente au nom barbare consiste à agir en intermédiaire entre le client et le distributeur : en somme, vous mettez en place une sorte de vitrine virtuelle via un site Internet et vous déléguez la gestion des stocks et l'étape de livraison finale au fournisseur. Pour cela, vous devez d'abord trouver la catégorie de produits qui vous correspond, créer un site Web, puis sélectionner les fournisseurs et les fabricants avec lesquels vous allez collaborer. Le reste est un jeu d'enfants : lorsqu'un client passe commande sur votre site, il vous suffit de la relayer auprès de votre partenaire qui se chargera lui-même d'expédier le produit chez le client. Le dropshipping est l'exemple parfait d'une source de revenus passifs : un investissement important de temps en amont (création d'un site, mise en place de techniques marketing, recherche d'une niche…), puis un système de commissions automatiques pour une charge de travail allégée à moyen terme (mises à jour du site, contacts avec le fournisseur, campagnes publicitaires, etc.) 

La création de contenus en ligne 

Qu'il s'agisse de tenir un blog, de réaliser des tutoriels ou des formations vidéo, de diffuser des podcasts, de mettre en ligne une banque d'images, la création de contenus est la muse des experts en communication sur Internet. Cette activité permet non seulement de vendre des produits numériques (comme des cours, des ebooks, des photos…) mais aussi, pour les influenceurs qui génèrent beaucoup de visites et de trafic Web, d'attirer des annonceurs, toujours prêts à débourser pour être associés à ces contenus. Mais si vous n'en êtes pas encore au point d'être la cible directe des annonceurs, il existe encore un moyen de générer des revenus passifs en prenant vous-même l'initiative de promouvoir des produits et des marques en lien avec vos publications. 

Le marketing d'affiliation 

Dans la vaste catégorie de la création de contenu sur Internet, une modalité simple permet de mettre en relation les responsables de ces publications (appelés également éditeurs ou influenceurs) et de potentiels annonceurs via une plateforme ou un réseau d'affiliation comme Awin. Une fois que votre blog ou votre site Internet est consolidé, que vous avez identifié votre public cible et votre niche de marché, vous aurez accès à de nombreux outils d'optimisation des campagnes et à un portefeuille de produits et de services d'entreprises que vous pourrez promouvoir en insérant des publicités ou des liens d'affiliation au sein de vos contenus. Lorsque l'un de vos visiteurs cliquera sur cette bannière publicitaire, puis exécutera une action prédéterminée sur le site de l’annonceur, l’éditeur obtiendra une commission, synonyme de revenu passif. Mais pour mettre en place une campagne de marketing d'affiliation rémunératrice, vous devrez néanmoins continuer de répondre aux attentes de votre public. 

Comment identifier votre public cible ? 

Il est essentiel de savoir précisément à qui vous vous adressez afin de choisir des annonceurs qui correspondent aux centres d'intérêt de votre public, car non seulement une campagne mal orientée serait peu efficace, mais elle pourrait également entacher votre crédibilité. Par exemple, si vous tenez un blog de recettes de cuisine vegan, vous risquez de choquer votre communauté si vous soutenez un grand nom du secteur agro-alimentaire, une chaîne de fast-food ou une marque de vêtements connue pour utiliser des matières animales. Vous devez donc réaliser une enquête approfondie sur votre audience grâce à des outils de mesure et d'analyse de trafic fournis par des sites d'audit ou de Web analytics, grâce à un examen détaillé des contributions de votre communauté sur votre blog ou vos réseaux sociaux (commentaires, messages directs, etc.) et grâce à votre propre connaissance du marché. Vous obtiendrez ainsi ce qu'on appelle une persona marketing : le portrait-robot du client idéal. Cette étude vous permettra de sélectionner les produits ou les services les plus pertinents pour votre public et de maximiser ainsi vos chances de tirer des revenus passifs de votre programme d'affiliation. 

Bien plus qu'une formule miracle à la mode, les revenus passifs constituent donc une nouvelle facette du monde du travail tel qu'il existe aujourd'hui. Définitivement tourné vers les nouvelles technologies et le télétravail, ce modèle en pleine évolution redéfinit les rythmes de productivité et ouvre de nouvelles opportunités financières. Qu'il s'agisse de monétiser un blog grâce à l'affiliation, de gérer un commerce en ligne, de se lancer dans le dropshipping, d'afficher des publicités sur sa voiture ou de louer un bien via une plateforme collaborative, les sources de revenus passifs sont multiples, encore faut-il veiller à ne pas sous-estimer l'investissement initial et les efforts de suivi. Car si tout travail mérite salaire, tout revenu (aussi passif soit-il) demande bien sûr un minimum de travail. 

Articles connexes