L'infodémie du coronavirus souligne l'importance de la confiance et de la transparence en ligne

  • Rédigé par
  • .

Il y a une surabondance d'informations sur le web et l'apparition du Coronavirus a créé une "infodémie" avec des sources d'information douteuses.

Partager

"L'épidémie de Covid-19 et la réponse apportée ont été accompagnées d'une "infodémie" massive - une surabondance d'informations - certaines exactes et d'autres non - qui fait qu'il est difficile pour les gens de trouver des sources fiables et des conseils sûrs lorsqu'ils en ont besoin." Organisation mondiale de la santé - Rapport de situation sur les coronavirus - 13

Supprimez la référence de l'OMS au coronavirus et vous avez, en un mot, l'un des principaux dilemmes que l'ampleur et la portée du web ont mis en évidence au cours de la dernière décennie. Une surabondance d'informations et un manque de sources dignes de confiance et fiables. Le virus n'a fait que renforcer le problème en y ajoutant un nouveau sentiment d'urgence.

Des théories de conspiration non fondées sur les origines du virus en tant qu'arme biochimique chinoise aux conseils fantasques selon lesquels la consommation d'ail pourrait aider à prévenir l'infection, la rumeur sur Internet est actuellement à son comble.

Si beaucoup d'entre nous peuvent se moquer de ces histoires incrédules, les effets de l'hystérie de masse sont graves. La peur du public est palpable et évidente dans l'évolution des habitudes de consommation. Nous connaissons tous maintenant les histoires de pénurie de masques, de désinfectant pour les mains et de rouleaux de papier toilette.

La récente analyse d'Awin sur le secteur du voyage au UK a mis en évidence un autre exemple de l'effet que la panique a eu sur les réservations.

Bien que l'année ait commencé en force pour le secteur du voyage, avec des ventes en hausse de 22 % par rapport à l'année précédente, au début du mois de mars, les réservations enregistraient une baisse de 12 % par rapport à la même période en 2019. Ceci n'est surprenant, compte tenu des actualités régulièrement rapportées sur la crise qui frappe les compagnies aériennes, les interdictions de voyage régionales entre autre.

Mais le plus intéressant est de superposer cette baisse des ventes de réservations à la hausse que nous avons observée simultanément dans le domaine des assurances voyage. Les deux se reflètent presque entièrement l'un l'autre. L'assurance a en fait baissé de 18 % en janvier et a depuis lors repris pour afficher une hausse de 9 % en glissement annuel début mars, les vacanciers cherchant à protéger leurs investissements.

La hausse est devenue si forte que de nombreuses compagnies d'assurance annoncent maintenant un gel des nouvelles polices.

Bien que ce ne soit pas une cause directe des tendances que nous avons suivies, de nombreux acheteurs britanniques auraient suivi les conseils de Martin Lewis, champion de la consommation et l'une des personnalités les plus influentes pour les acheteurs avertis. Son site web, Money Saving Expert (MSE), est depuis longtemps reconnu comme une source de conseils fiables pour les consommateurs. Parlant des conséquences du coronavirus à la télévision nationale récemment, il a incité les vacanciers britanniques à souscrire à une assurance pour leurs vacances.

MSE est également un site éditeur qui connaît un énorme succès, générant des millions de livres sterling de revenus pour ses partenaires annonceurs. Cependant, il est avant tout un site de confiance. Ses critiques et ses articles sont fréquemment sollicités par les consommateurs qui ont besoin d'aide avant d'acheter un produit en ligne. Tout compromis sur cette autorité sape nécessairement sa marque et sa valeur pour l'utilisateur.

Comment monétiser efficacement un site web (qui n'est d'ailleurs pas rémunéré) qui est fier de son impartialité et de ses avis fiables ? MSE le fait en étant transparent sur sa monétisation et se distingue parmi les sites éditeurs en étant particulièrement explicite sur la façon dont il signale les partenariats commerciaux à ses utilisateurs.

Ce faisant, le site s'assure que ses utilisateurs soient informés sur la manière dont il gagne de l'argent et où se trouvent les liens commerciaux, préservant ainsi son statut de source d'information fiable.

Ce dilemme a récemment touché une corde sensible dans le secteur de l'affiliation. Les régulateurs du monde entier, dont l'ASA au Royaume-Uni, la FTC aux États-Unis et le Deutscher Werberat en Allemagne, ont de plus en plus examiné et sanctionné les cas où les influenceurs et les éditeurs n'ont pas respecté les règles de mise en évidence de la publicité.

J'ai récemment participé à l'organisation d'une journée stratégique au bureau londonien d'Awin pour les éditeurs de maisons d'édition afin de leur fournir des conseils et un soutien dans la mise en œuvre de stratégies d'affiliation. L'un des principaux thèmes abordés tout au long de l'événement a été la manière de présenter les liens commerciaux dans les contenus.

Les grands sites d'éditeurs comme ceux-ci se tournent de plus en plus vers notre canal pour diversifier et augmenter leurs propres revenus. La semaine dernière encore, Jonah Peretti, le PDG de Buzzfeed, vantait les mérites de l'affiliation comme facteur contribuant à leur rentabilité.

Si l'industrie de l'affiliation doit vraiment capitaliser sur cet intérêt accru pour son modèle de performance de la part d'entreprises d'édition aussi massives, il nous incombe de faire preuve de leadership sur des questions comme la présentation des publicités. Ce faisant, nous pouvons contribuer à garantir que les utilisateurs continuent à avoir confiance dans les services en ligne auxquels ils se réfèrent pour obtenir des informations et des conseils.

Deux décennies après que Bill Gates ait inventé l'expression "le contenu est roi", la bataille actuelle de l'OMS contre l'infodémie montre clairement qu'elle n'est rien sans confiance et sans transparence.

Partager