Awin & Eperflex : l'emailing à la performance

  • Rédigé par
  • .
Aujourd’hui, nous assistons à une consolidation du marché de l’email retargeting.

Partager

Parmi les principaux acteurs du secteur, Eperflex s’est rapidement imposé comme l’un des partenaires privilégiés d’Awin en proposant une offre plug&play orientée performance.

Eperflex a su, notamment, diversifier son activité et propose aujourd’hui une offre complète permettant de toucher le consommateur sur l’ensemble du tunnel de conversion :

  • de l’email targeting permettant de toucher des prospects cibles et intentionnistes ;
  • en passant par l’email remarketing permettant de réengager le consommateur via un message ciblé et promotionnel après que celui-ci ait commencé à compléter un formulaire/une commande sans l’avoir finalisé ;
  • jusqu’à l’email retargeting permettant de recibler clients et prospects en fonction de leur navigation sur le site d’un annonceur (abandon de panier notamment).

Avec une orientation « User Centric », Eperflex accompagne le consommateur tout au long de son processus d’achat et déclenche des scenarii promotionnels de manière personnalisée, en temps réel, en fonction de leurs dernières navigations (alerting baisse de prix, alerting retour en stock, reciblage produit visualisé, reciblage panier abandonné, etc) offrant une véritable valeur ajoutée aux e-commerçants. 

Par ailleurs, les nouvelles fonctionnalités de la plateforme Awin tels que le tracking cross-device ou encore le module de contribution (l’analyse du customer journey au sein de l’écosystème du programme) permettent de mieux valoriser ce puissant levier qu’est l’emailing en évitant toutes ruptures de canal. Ainsi, nous pouvons aujourd’hui rattacher un cookie à une vente initiée sur un mobile mais finalisée sur un autre device grâce à un email.

Awin vous propose d’anticiper vos prochaines intégrations aux côtés d’un partenaire historique, qui propose une excellente alternative à l’annonce de la fermeture récente de Criteo Email.

Retrouvez ci-dessous l’interview d’Etienne Dandurand, Head of Sales d’Eperflex ainsi qu’un cas pratique Cetelem pour en savoir plus.

 

INTERVIEW D’ETIENNE DANDURAND, HEAD OF SALES EPERFLEX

Que pouvez-vous nous dire de « Eperflex » ? Comment ça marche ?

Produit du groupe Dalenys, Eperflex est une solution d’Emailing 360 spécialisée dans l’acquisition de trafic et dans la conversion. Nous travaillons sur plusieurs leviers comme l’email retargeting, l’email remarketing et l’email targeting.

Eperflex fait partie des pionniers de l’email retargeting puisque nous avons lancé notre solution à l'occasion d'un salon webmarketing en septembre 2011, en même temps que Tedemis, racheté par la suite par Criteo, et Come&Stay. Nous sommes le seul de ce trio encore actif. Le principe d’Eperflex est de proposer à nos annonceurs l’accès à 45 millions d'adresses emails différentes rattachées à un cookie pour conquérir et convertir son audience française. Nous travaillons avec plus de 500 partenaires éditeurs de base de données qui nous permettent de recibler de 15 à 40% du trafic en fonction de la typologie de client. Aujourd’hui, notre reach moyen est autour de 25%.

Pourquoi Awin comme partenaire privilégié ?

Awin est un partenaire historique d’Eperflex puisque nous travaillons ensemble depuis le lancement de la solution. A cette époque, peu de solutions d’email retargeting souhaitaient travailler avec des plateformes d’affiliation mais nous avions fait ce choix car nous connaissions parfaitement la qualité du réseau Awin. Leur offre se distingue par un grand nombre de points et notamment : un très bon accompagnement partenaires et une haute expertise du marché,  une plateforme technologique très performante, mais aussi un portefeuille clients des plus complets. Aujourd’hui, Awin est une des plateformes d’affiliation avec qui nous collaborons le plus.

Comment faites-vous pour rester compétitif afin d’être identifié comme un éditeur de choix ?

Les clés de succès reposent sur une perpétuelle optimisation de l’offre que nous avons créée. La mise en place de l’alerting prix/stock nous a permis d’augmenter significativement les ventes de nos annonceurs partenaires avec des KPIs de transformation proche d’un reciblage panier, soit ce qu’il y a de mieux en termes de conversions aujourd’hui.

En septembre dernier, nous avons sorti notre solution d’email remarketing permettant de réengager le consommateur, par l’affichage d’un message ciblé et promotionnel après que celui-ci ait quitté le site annonceur. Nous l’avons testée, dans un premier temps, sur un certain nombre d’annonceurs. Ici aussi, l’impact de cette solution a été immédiat : augmentation des taux de transformations, déduplication des ventes inter-leviers (retargeting / targeting et remarketing), déduplication des messages de reciblage et donc baisse de la pression relationnelle sur les internautes. Depuis 2 mois, nous commercialisons cette offre auprès de l’ensemble du marché.

Enfin, il ne faut pas oublier que le « nerf de la guerre » reste le reach. Nous avons donc monté un certain nombre de partenariats privilégiés avec des éditeurs de renoms comme Welcome Media, Prisma Media ou encore Easyvoyage.

Quelles sont les périodes phare ou les dates clés dans l’année qui vous permettent d’augmenter significativement le volume d’affaires des annonceurs ?

Nous travaillons avec un grand nombre de retailers, et comme le veut la tradition, les soldes sont une période très importante pour nos annonceurs.

Concernant les autres secteurs d’activités, cela dépend de l’industrie : par exemple en septembre c’est un top mois pour la banque assurance.

Plus globalement, nous sommes tributaires du trafic de l’annonceur, aussi plus il y a de visites sur le site, plus nous envoyons d’emails et logiquement plus il y’aura de conversions générées.

Quel est votre principal objectif en 2017 ? Comment voyez-vous évoluer le partenariat avec Awin ? 

Le principal objectif en 2017 est avant tout de continuer à travailler de manière aussi qualitative, ce qui a fait notre renommée et nous a permis de gagner un grand nombre d’AB Test dont le dernier en date : Conforama via Awin.

Notre focus premier est le Top100 e-commerce où aujourd’hui plus de 50% de ces acteurs travaillent avec nous. Pour cela, un grand nombre de recrutements sur les pôles techniques et opérationnels ont été réalisés pour absorber les nombreuses signatures liées principalement à l’arrêt de Criteo Email. Nous souhaitons d’ailleurs nous positionner comme LA solution alternative suite à la fin de Criteo Email et pour cela, l’idée serait de faire encore plus de business en tripartite avec l’annonceur et Awin.

En 2017 également, un focus sur le remarketing sera mis en place auprès de nos marchands. Pour finir, nous sommes en train de travailler sur des nouveautés à proposer à nos partenaires donc n’hésitez pas à suivre notre actualité.

 

CAS CLIENT CETELEM

Depuis 2014, dans le cadre de son programme d’affiliation Awin, Cetelem s’appuie sur la solution de retargeting email Eperflex. Sur un marché mature et aussi concurrentiel il est indispensable de garantir une stratégie de réengagement forte. Les objectifs sont précis : identifier les profils prioritaires dits « finançables », booster le volume de crédits générés par le biais du levier email et réduire la pression publicitaire tout en privilégiant la qualité des envois emails.

Depuis le lancement, la flexibilité de la solution a permis d’apporter de nombreuses optimisations sur les timings et scenarii de reciblage via des phases de test & learn (nouveaux objets, nouveaux kits, scenarii par type de projet, …etc)

Des optimisations qui permettent à Eperflex d’assurer des croissances à deux chiffres chaque année : +20% de demandes de crédit sur 2015 et +67% sur 2016 vs N-1.

Au-delà du volume de demandes de prêt, la priorité de Cetelem reste l’acquisition de nouveaux clients, indicateur suivi à travers la production (montant total des financements exprimé en euros). La collaboration sur le début d’année 2017 continue de fournir des performances au-delà des objectifs : rien que sur T1, c’est +65% de demandes de prêt et +70% de production vs T1 2016.


Partager